Couverture médiatique

Complexe multisports : le maire ne respecte pas la nouvelle politique de consultation.

Pour Louis Mercier et Vincent Fortier, respectivement conseiller des districts 5 et 2, cette consultation doit être planifiée avec rigueur et objectivité, et ce, en respectant la politique de participation publique de la Ville, qui assure l’indépendance et la crédibilité des démarches de consultation.

Malheureusement, cette politique n’est pas appliquée par le maire, malgré les mises en garde répétées au cours des dernières semaines. De plus, pour les conseillers Mercier et Fortier, il est devenu évident qu’il y a de l’ingérence politique auprès de l’administration municipale, et ce, afin de valoriser une option au détriment de l’autre.

Respect de la politique de participation publique

Les élus rappellent que la ville s’est dotée d’une politique de participation publique afin qu’elle se donne un cadre pour la guider. Les orientations qui sont proposées par ce cadre visent notamment à assurer la transparence, la rigueur, l’objectivité des démarches et de permettre à l’administration municipale de préparer le contenu des démarches de consultation avec toute l’indépendance nécessaire pour assurer le respect des règles de l’art en cette matière. L’indépendance de la démarche fait partie de ces règles. Or, pour une première consultation publique d’envergure depuis l’adoption de la politique de participation publique, le maire et son équipe décident de s’en soustraire sans remords. Sans compter que ce projet laissera une empreinte permanente dans le paysage montarvillois et dont le coût financier sera à terme près de 65M$. Cela ne laisse rien de présager de bon pour l’avenir.

Pour Vincent Fortier, élu responsable de l’élaboration de la politique de participation publique adoptée à l’unanimité en juin 2021, « cette politique a été construite pour assurer que les consultations publiques de la Ville s’appuient sur les meilleures pratiques (règles de l’art) en assurant, notamment, la rigueur, l’objectivité, la transparence et l’éthique de toute démarche de consultation. Le maire aurait dû s’assurer que la politique est bien appliquée et éviter toute forme d’ingérence dans le processus. »

Pour Louis Mercier, « il est important que le conseil travaille en toute transparence et que les décisions ne soient pas prises derrière des portes closes. On doit aussi éviter toute forme d’ingérence politique dans l’élaboration du processus de consultation, ce qui n’est pas le cas actuellement. J’ai tenté à deux reprises au dernier conseil d’en faire la démonstration, mais le maire m’a mis en garde de ne rien révéler sous peine qu’une plainte déontologique soit déposée à mon endroit. On nous annonce un coût pour des projets de 54M$ à Marie-Victorin et 59M$ à l’école secondaire. Ce ne sont pas les vrais coûts financiers, mais plutôt des décaissements, soit les coûts de construction. En réalité, les vrais coûts financiers présentent un portrait à l’opposé avec un projet moins couteux à l’école secondaire. On a le droit à un silence troublant sur l’exactitude des chiffres. »

Les conseillers Fortier et Mercier ont fait de nombreuses propositions, mais elles ont toutes été écartées par le maire.

Au cours des dernières semaines, les élus ont discuté à huis clos à plusieurs reprises de ce dossier et plusieurs propositions constructives ont été émises par M. Mercier ou M. Fortier.

  • Que la consultation publique respecte la politique de participation publique;
  • Qu’on permette aux citoyennes et aux citoyens qui s’opposent au projet de pouvoir l’exprimer lors du vote sur le choix de l’emplacement ;
  • Qu’on n’exclue pas les jeunes en permettant aux 15 ans et plus de participer à la consultation, et ce, comme le permet la politique de consultation.
  • Que l’administration municipale puisse travailler en toute indépendance ;
  • Qu’on s’assure que les informations qui seront diffusées soient rigoureuses et objectives ;
  • Que le conseil nomme deux élus responsables de la consultation dont un des deux serait Louis Mercier ou Vincent Fortier (approche bipartisane) ; à défaut d’accepter une approche collaborative, qu’on nomme au moins un élu responsable comme l’exige la politique de participation publique.

Pour un projet dont les vrais coûts financiers, avec les ajouts comme cela est toujours le cas, seront de l’ordre de 65M$ soit 6 000$ par ménage, les Montarvillois et Montarvilloises méritent que l’on leur offre une consultation publique respectueuse de saines pratiques et en urgence une analyse financière complète des coûts.

Louis Mercier : Louis.mercier@stbruno.ca

Vincent Fortier : Vincent.fortier@stbruno.ca

Décembre 2020 : un compromis, une consultation publique.

FM 103,3 le 12 février 2020 – Le complexe sportif à Saint-Bruno-de-Montarville, historique, offre de services et enjeux. Entrevue avec Isabelle Bérubé, conseillère municipale. À écouter pour bien comprendre le dossier.

TVRS, le 20 février 2020 – Un référendum souhaité pour le complexe sportif à Saint-Bruno (l’entrevue avec le maire de Saint-Bruno, M. Martin Murray débute à 15 min. 45 sec.)

Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, M. Martin Murray, fait le point sur le projet du complexe multisport dans sa municipalité tout en rappelant l’historique du dossier et l’importance de la pétition qui exige une consultation publique. Entrevue complète – débute à 15 min. 45 sec.

FM 103.3, le 18 février 2020 – Un référendum souhaité pour le complexe sportif à Saint-Bruno

Les conseillers municipaux du Parti montarvillois, Isabelle Bérubé et Vincent Fortier, veulent finalement un référendum pour statuer sur le dossier du complexe sportif.

Deux visions principales s’opposent dans ce dossier de Saint-Bruno-de-Montarville.  Un complexe avec piscine, gymnase et locaux communautaires au parc Rabastalière ou un projet sans locaux communautaires, au parc Marie-Victorin.

Une pétition lancée par les conseillers Fortier et Bérubé circule actuellement sur Internet et sur papier.  Tous deux incitent les citoyens à quémander une consultation publique afin d’être mieux renseignés sur les deux projets.  Les conseillers présenteront les résultats de leur pétition dans un mois et une décision sera prise sur la tenue ou non d’un référendum, ce qui serait bien selon Isabelle Bérubé. Source : FM 103,3

Peu importe la décision, la Ville a jusqu’à la fin février pour acheminer une demande de subvention de plusieurs millions de dollars au ministère de l’Éducation.  Toutefois, le lieu de l’infrastructure peut changer après la demande de subvention…

Le Montarvillois, le 14 février 2020 – Chronique du Maire : Le complexe multisport, un projet majeur et structurant

« … Il est malheureux que ce projet ait donné lieu à une telle dérive au cours des derniers mois et que tout ce travail de réflexion et d’analyse ait été balayé du revers de la main. Or, le choix du site Marie-Victorin est loin de faire consensus au sein de la population, tant s’en faut! En outre, il est passé de complexe multisport à complexe aquatique, au grand dam des différents organismes et, plus largement, des Montarvillois qui ont participé aux trois forums organisés par la ville au printemps 2018.

Compte tenu de cette situation et considérant que cet équipement collectif est d’une grande importance pour le futur de Saint-Bruno, il est impératif d’interpeler de nouveau les Montarvillois dans une démarche élargie de consultation publique. Celle-ci doit permettre aux citoyens de s’exprimer sur :

  • Les équipements et les plateaux sportifs de ce futur complexe multisport, afin de s’assurer qu’il réponde le plus adéquatement possible aux besoins des divers groupes d’âge;
  • Son emplacement, afin de s’assurer qu’il soit le plus facilement accessible à pied, à vélo, en transport collectif ou en auto, tout en générant le maximum de retombées pour la communauté;
  • Ses coûts et ses différentes phases, afin de s’assurer que la construction de ce complexe multisport n’aura pas pour effet d’obérer les finances de la Ville.

Il est, par conséquent, impératif que le plus grand nombre de citoyens soit associé à cette démarche de consultation publique parce que la décision finale doit leur appartenir. Pour que cet exercice atteigne cet objectif, il doit offrir toutes les garanties d’un processus clair, transparent et rigoureux. Il doit aussi tenir compte des contraintes vécues par les différents groupes d’individus, notamment en termes d’horaire et de mobilité. Et s’il faut aller jusqu’à tenir un référendum sur le sujet, j’en suis!

Incidemment, le prochain Déjeuner du maire (que je maintiens malgré la coupure du budget afférent à cette activité par les élus de l’opposition) portera justement sur les consultations publiques et les référendums municipaux.  Le Déjeuner du maire aura lieu le samedi 22 février à 9h00 à la bibliothèque municipale. » Article complet : Le Montarvillois

Martin Murray, Maire de Saint-Bruno-de-Montarville

TVRS le 13 février 2020 – Entrevue avec les conseillers Isabelle Bérubé et Vincent Fortier.

Les Montarvillois et les Montarvilloises méritent une infrastructure sportive qui réponde à leurs besoins. Les instigateurs de la campagne aucoeurdestbruno.org en entrevue sur le sujet. À VOIR.

Les Versants le 11 février 2020 – Complexe sportif: des élus veulent un référendum.

Les conseillers municipaux du Parti montarvillois croient que le dossier du complexe sportif doit être scellé par la tenue d’un référendum, à l’issue d’une campagne d’information auprès des citoyens.

« Je ne suis pas seulement favorable à un référendum. Je souhaite ça. On veut en arriver là », a indiqué Isabelle Bérubé, en entrevue aux Versants. « Lorsqu’il y a un projet aussi important que celui-là, et qu’on sent qu’il n’y a pas un consensus fort, tu donnes la clé de la solution au citoyen par une démarche référendaire », a renchéri son collègue Vincent Fortier.

Cette éventuelle démarche référendaire doit cependant passer par une séance d’information en bonne et due forme, insistent les deux échevins. À l’heure actuelle, deux visions principales s’opposent au conseil municipal quant à la construction du complexe sportif : un complexe avec piscine, gymnase et locaux communautaires au parc Rabastalière, et un autre projet plus modeste, qui ne prévoit pas de locaux communautaire, au parc Marie-Victorin.

« Il faut que tu t’assures qu’au-delà des discours politiques et des opinions, la Ville mette en place une structure d’information claire, pour que les gens prennent une décision éclairée », a expliqué M. Fortier.

Les deux conseillers croient qu’une population informée voterait massivement pour que le complexe sportif soit construit au centre-ville. Ils s’engagent d’ailleurs à respecter la décision des citoyens, même advenant une défaite référendaire,

Référendum ou pas, les conseillers Bérubé et Fortier sont déjà en campagne pour convaincre la population de la nécessité de construire le futur complexe sportif au centre-ville. Des tracts ont été envoyés par la poste et de la publicité a été achetée dans le journal local et sur les réseaux sociaux. Le tout est payé par leur budget de recherche, qui s’élève à environ 6000 $ par année chacun.

Les élus espèrent que leur campagne encouragera certains citoyens plus silencieux à se mobiliser, ce qui obligerait les élus opposés à la construction au centre-ville à changer d’avis, pensent-ils.

« Les conseillers majoritaires, s’ils ont sensibles aux préoccupations citoyennes, ils seront à leur écoute. On mise là-dessus », a résumé Mme Bérubé. Source : Les Versants.

%d blogueurs aiment cette page :